102 dB ou la politique des tout petits pas

L’article de Daniel Ehret, ci dessous, s’inscrit dans la continuité de celui qu’Anne Penneau avait écrit pour le Réseau en novembre 2017 : Défense en faveur du décret qui régit la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique et nouvelle alerte à propos des bruits de voix sur la voie publique, texte qui mentionnait à l’époque : "Depuis la loi Santé de 2016, l’article L. 1336-1 du code de la Santé publique prévoit que les activités impliquant la diffusion de sons à un niveau sonore élevé (musique amplifiée ou non, voix d’acteurs ou présentateurs par exemple), dans tout lieu public ou recevant du public, clos ou ouvert, doivent être exercées de façon à protéger l'audition du public et la santé des riverains."

Voici que le 7 août 2017, dans une continuité qu’il faut aussi saluer, le ministère a parachevé le dispositif légal et pris le décret 2017-1244, nécessaire à l’application de la loi, qui a été intégré dans la partie réglementaire du code de la Santé publique. Ce décret est applicable à partir du 10 octobre 2018. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Un commentaire

La Coordination Italienne prise au sérieux par les autorités

Le nouveau président de la Coordination Nationale No Degrado et Mala Movida, M. Fabrizio Coniglio, a contacté le président de la République italienne, M. Sergio Mattarella, obtenant un résultat important: il a été appelé par le secrétariat du chef de l'Etat qui a manifesté son intérêt pour notre action et a promis une réunion en 2019.

Une deuxième action importante de Fabrizio a été la réunion, à Venise, avec Antonio Tajani, président du Parlement européen, dans le cadre d'une visite institutionnelle. Fabrizio a brièvement illustré les activités de la Coordination nationale italienne depuis 2014 en fournissant un dossier complet sur l'Italie et sur le réseau européen, M. Tajani a apprécié et nous espérons qu'un dialogue constructif peut être ouvert sur nos questions au niveau des institutions européennes. La route est longue et difficile mais les bons contacts ont été faits ...il dado è tratto (alea iacta est)!

Publié dans Actualités | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le ragioni dei residenti che vogliono salvarsi dall'aggressione delle "cultura"

Quando inizia l’estate a Piazza San Cosimato comincia il calvario dei residenti, nei tre anni passati è stato così. Quest’anno abbiamo cominciato prima perché c’è la campagna elettorale. Siamo finiti nel tritacarne mediatico ed abbiamo anche avuto i manifestini sotto casa che ci intimavano di “andare via”.

Lo scorso anno l’”associazione piccolo cinema america” ha “occupato” la piazza per sessanta giorni e notti (di meno non si poteva) e non si è dormito fino a che non finivano le proiezioni ed i dibattiti e la gente non se ne andava…..poi alle 4 di mattina arrivava il mercato e si ricominciava con i rumori della vita. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Un commentaire

Nuit et Jour à Saint-Géry : le quotidien des habitants de ce quartier de Bruxelles

Dans le quartier Saint-Géry, au centre de Bruxelles, les habitants dorment mal. La vie nocturne dégrade la qualité de vie des résidents.
A l'instar de Barcelone, Berlin, Paris, le marketing urbain sévit à Bruxelles, qui cherche à faire des centres-villes du 21e siècle des lieux de réjouissance dédiés au tourisme et à l'événementiel. Un groupe tente de faire entendre sa voix... Et une question demeure : désirons-nous vraiment des centres villes désertés de leurs habitants ?

Le Centre Vidéo de Bruxelles produit du documentaire d'auteur, associatif et collectif depuis plus de 40 ans. Fort de son expérience, un comité de quartier bruxellois excédé par le bruit en rues l’a approché pour réaliser un documentaire* sur leurs conditions de riverains : Nuit et Jour à Saint-Géry. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

270€ l'ivresse sur la voie publique

Selon l'article L3341-1 du code la santé publique, une personne trouvée en état d'ivresse dans les lieux publics est, par mesure de police, conduite à ses frais dans le local de police ou de gendarmerie le plus proche, pour y être retenue jusqu'à ce qu'elle ait recouvré la raison.
D'autre part, le fait de se trouver en état d'ivresse manifeste un lieu public est également puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 2e classe.» selon l'article R. 3353-1 du même code la santé publique. Cette contravention s'élève à 150 euros.
La transfert des personnes en état d'ivresse au commissariat ou à la gendarmerie a un coût pour les collectivités locales. Orléans avait été la première ville à faire payer les personnes en état d'ivresse dans l'espace public dès 2015 (voir notre article). D'autres villes ont suivi : Saint-Malo, Pau, Castres...
Cette décision de faire payer les personnes en état d'ivresse (pollueur - payeur) a été jugée conforme à la loi par la cour administrative d'appel de Nantes au printemps 2017. Pourquoi ne pas l'appliquer sur l'ensemble du territoire?

Publié dans Actualités | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Pique-nique contre la fermeture par le Parlement Européen du bassin de l'Ill à Strasbourg

Le projet de fermeture des berges du bassin de l’Ill à hauteur du Parlement Européen est toujours d’actualité... Aussi la mobilisation citoyenne contre la bunkérisation du quartier européen se poursuit avec un nouveau rassemblement organisé le 2 juillet prochain. Les Strasbourgeois(es) sont cette fois-ci convié(e)s à un pique-nique sur berges et à venir avec leurs victuailles pour vivre ce moment de protestation en toute convivialité.
A la base de cette mobilisation il y a, bien sûr, le fait que ces berges constituent un lieu de circulation et de promenade privilégié pour les cyclistes et les piétons de toute l’agglomération. Mais il s’agit aussi de souligner qu’en se barricadant ainsi l’Europe finira par devenir un objet inaccessible à la citoyenneté. Ce n’est pas en cultivant l’entre-soi que l’on fera progresser l’adhésion à l’idée européenne, bien au contraire.
Pour cette quatrième manifestation, le pique-nique sera partagé avec quelques députés européens, des fonctionnaires du Parlement Européen et des citoyens bruxellois qui défendent eux aussi une implantation harmonieuse et conviviale, à Strasbourg comme à Bruxelles. En effet, il n’est pas du tout contradictoire de combiner un bon accueil aux institutions européennes avec le fait d’exiger qu’elles respectent les règles qui s’imposent à tout un chacun. Les questions de sécurité ne doivent pas servir de prétexte à l’accaparement de l’espace public et au passe-droit !
Alors soyons très nombreux à dire non à cette fermeture des berges et oui à un quartier européen ouvert aux citoyens.
Signez la pétition en ligne sur le site de l'ADIR (Associaction de Défense des Intérêts de la Robertsau)
Le flyer de la manifestation

Publié dans Actualités | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Reportage sur la Butte aux Cailles sur France 3

France 3 a diffusé une série sur Paris la nuit. Une émission était consacrée à la Butte aux Cailles (13ème arrondissement). Elle décrit la situation que vivent chaque nuit les habitants de ce quartier, un cauchemar pour nombreux riverains exposés au nuisances dans ce quartier à haute densité d'habitations. En regardant ces images, on comprend la légitimité des revendications de l'association "Les Riverains de la Butte aux Cailles" qui les représente. Ce document concerne un quartier de Paris mais la problématique est la même à Strasbourg, à Bagnères-de-Bigorre, à Toulouse, ou… (à compléter par la ville de votre choix).
En réponse au témoignage éloquent d'une jeune consommatrice qui, candidement, déclare que les riverains devaient savoir ce qu'il en était en s'installant dans ce quartier, on rappellera : 1) que certains habitants étaient présents bien avant que la mono-activité des bars ne frappe le quartier; 2) qu'elle néglige les problèmes de santé publique qui tiennent au fait que le sommeil est altéré, avec des répercussions diverses sur la santé des habitants, même s'ils n'ont pas le sentiment d'être réveillés, ce qui fait qu'il est inacceptable que quiconque soit appelé à vivre auprès d'un tel tumulte sur la voie publique au 21è siècle; 3) que le droit protège le repos de tous les citoyens, que la loi est la même pour tous et que les habitants des centres-villes ne sont pas des citoyens raccourcis, exclus de droit, vivant dans une zone de non-droit. Lire à ce sujet la présentation faite à Bruxelles lors des 4èmes rencontres du Réseau Européen "Vivre la Ville!" : Les risques d’un droit à deux vitesses au détriment des habitants des quartiers « festifs ».

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , | Un commentaire

Bruxelles 2018 - 4èmes rencontres du Réseau Européen "Vivre la Ville!" : les documents

Publié dans Actualités | Marqué avec | Laisser un commentaire

Communiqué de presse - Bruxelles 2018

Communiqué de presse Bruxelles 2018
Réseau Européen "Vivre la Ville!" !
Contact : Nicole Nussbaum 06 15 76 15 33

Nous voulons des villes habitées et habitables de jour comme de nuit.

▶ Malheureusement nos centres villes ne sont plus habitables pour deux raisons :
- développement inconsidéré d’une « fête » qui ne respecte pas son environnement et qui fait des victimes ;
- développement inconsidéré d’un tourisme de masse également destructeur de son
environnement : un tourisme qui fait des victimes.

▶ A terme, dans les deux cas, c’est la fuite des habitants :
- parce que leur santé est menacée par la privation de sommeil et les agressions sonores subies,
- parce que les habitants n’arrivent plus à se loger : touristification = flambée immobilière

▶ Nos villes sont engagées dans une course à la compétitivité entre villes...
- pour la promotion de la « nuit » comme
- pour la massification du tourisme.
Cette course à la compétitivité est injustifiable car :
- elle n'a pas de sens politique profond ;
- elle s'est construite en partenariat avec les lobbies de l’alcool, du monde de la nuit et de l’industrie du tourisme ;
- elle va contre l'intérêt général.

▶ La classe politique porte une lourde responsabilité, qu’il s’agisse des :
- des élus au pouvoir qui œuvrent pour accentuer ces deux pôles : tourisme de masse/ « vie nocturne festive commerciale » à tout prix
- des élus de l’opposition qui laissent faire sans s’y opposer ou
- des députés qui laissent grignoter le droit qui protège la Santé Publique.

▶ Le temps est venu de penser la ville autrement. Il est grand temps de...
- promouvoir une nouvelle politique de la nuit festive, à la fois ambitieuse, créative et
respectueuse de l’écologie urbaine.
- promouvoir un tourisme raisonné et maîtrisé qui ne soit pas prédateur.

Face aux enjeux actuels, on ne peut plus se contenter d’une politique du « toujours plus », Il nous faut une politique du « toujours mieux ».

Nous attendons de nos classes politiques qu’elles en soient capables. Car le temps est venu de penser la ville autrement.

Version pdf.

Publié dans Actualités | Marqué avec , | 2 commentaires

Amsterdam : "la nuit, le centre-ville est une jungle urbaine selon le médiateur"

Le site Het Parool a publié le 3 mars 2018 un article intitulé : "Ombudsman: De binnenstad is 's nachts een jungle" ("la nuit le centre-ville est une jungle urbaine selon le médiateur")
Le médiateur de la ville, M. Zuurmond est allé passer une nuit chez des habitants du centre-ville, dans l'un des trois quartiers festifs de la nuit amsteldamoise.
Il avait déjà mené cette expérience l'année dernière et le lendemain il avait tiré la sonnette d’alarme en disant entre autre qu'il avait eu l’impression que "le stade olympique se déversait dans les rues du quartier". Le maire d'Amsterdam a alors décidé de déployer 140 gardiens de la paix supplémentaires.
Cette fois-ci le médiateur a compté tous les contraventions dont il a été le témoin de fenêtre : 942 ! Notamment : épanchements d'urine, défécations, rapports sexuels dans la rue, prises de sens interdit, etc… Il a compté 810 taxis empruntant la ruelle (taxis "normaux" et Uber en trop grand nombre dans le ville). Il a entendu 155 coups de klaxon et a relevé un niveau de 65dB dans la chambre où il se trouvait. La police est passée mais n'a rien fait. "Le chaos, une jungle urbaine" selon le médiateur. Il a ajouté : " Si Amsterdam était un parc d’attractions, on aurait été obligé de le fermer depuis un bon moment déjà !"

La vidéo est éloquente et ne nécessite aucune connaissance du néerlandais. Les scènes filmées et les graphiques parlent d'eux-mêmes.

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , | Un commentaire